Compte rendu du CHSCT du 29/09/2015

Démarche « prévention de la violence à l’Hôpital » :

Un audit de sécurité a été mené conjointement avec le référent sécurité du Commissariat de Montauban et la direction.

Un comité de pilotage s’est réuni avec constitution d’un groupe de travail sur les agents victimes de violence.

La direction continue à réfléchir sur les mesures qu’elle doit mettre en œuvre et souhaite constituer un groupe de travail avec des représentants du CHSCT ; nous ferons en sorte que les bonnes intentions se traduisent enfin en actes.

D’ailleurs qu’attend-elle pour procéder à l’affichage aux Urgences d’un panneau lisible prévenant les usagers des poursuites encourues en cas d’actes d’incivilité et de violence perpétrés à l’Hôpital ?

Cela ne fait jamais qu’un an qu’on le lui demande !!!

Regardez cette vidéo qui explique ce que l’on demande à la direction de mettre en place pour assurer la sécurité des agents du su (En espérant qu’elle la regarde également et s’en inspire).Nous ne demandons pas au directeur de tomber la chemise,mais au moins de la mouiller.

Quand on sait que dans les hôpitaux où des mesures de ce type ont été prises les actes violents ont diminué de 80%, cette « léthargie » est d’autant moins compréhensible.

Organisation du travail CMP Valence d’Agen :

De par l’éloignement du site principal, des heures supplémentaires seront générées, qui pourront être récupérées sans problème par les agents selon l’encadrement.

La question des repas du personnel n’a toujours pas été réglée, la direction est en attente d’une réponse de la mairie.

Le CMP de Valence d’Agen est situé dans une maison du centre-ville appartenant à la mairie, dans l’attente d’intégrer la future Maison de Santé (fin des travaux prévue pour le 2ème semestre 2017).

UPPA : mise en place du planning en 1 week-end sur 2 :

Les agents sont satisfaits de ce planning qui est plus compatible avec leur vie personnelle. Cependant, il ne peut être appliqué faute de remplacement d’agents non présents physiquement.

Nous avons demandé à la direction de remplacer les « lignes fictives » du planning de cette unité de soins afin de permettre que conformément à la réglementation le week-end sur deux puisse effectivement être mis en place et que le projet de soins médico-soignant soit possible.

 Réorganisation des ASH en Psychiatrie : effectif réel :

La DRH s’était engagée à remplacer les départs à la retraite des 3 UOP (Unités Ouvertes de Psychiatrie), mais force nous est de constater que pour un des agents dont le départ effectif est en octobre, la BE n’est toujours pas lancée.

A l’ouverture de ce service, en se basant sur une étude de la cadre de santé du bio nettoyage, il s’avérait que pour accomplir les tâches liées à l’hygiène des locaux, 7,35 ETP étaient nécessaires. Nous avions évalué qu’en rajoutant les temps de pause il faudrait 8,2 ETP.

Le DSSI pour se dédouaner de l’obligation, a déclaré que les résultats de cette étude engageraient la seule responsabilité de la cadre de santé qui l’a menée !

Nous lui avons quand même rappelé que cette cadre avait produit cette étude selon un cahier des charges imposé par les Direction des Ressources Humaines et des Soins et qu’il ne pouvait pas s’en dédouaner d’un revers de la main.

Le fonctionnement avec un effectif de 5,8 ETP plutôt que 8,16, ne peut qu’entrainer une aggravation des conditions de travail des agents.

La Cadre Supérieure pense que les ASH ne peuvent pas faire leur travail dans de bonnes conditions parce qu’elles sont absorbées par des taches d’hôtellerie et qu’il suffirait de les en sortir.

D’autant plus que, selon elle, les surfaces sont moins étendues aux 3 UOP qu’au Secteur III et que les ASH de ce secteur s’en sortent très bien, cela reste à vérifier…

Nous avons demandé à ce que nous soient communiquées les surfaces des unités de soins du Secteur III.

Médecine du Travail :

Le Médecin du Travail ayant démissionné, nous avons demandé à la direction quelles étaient les dispositions prises. Concernant les visites de reprise, elles seront assurées par un médecin généraliste agréé, mandaté par la direction. Les visites d’aptitude à l’embauche devront être effectuées par un médecin agréé aussi, les frais étant à la charge du postulant. Certains actes pourront être assurés par l’infirmière du service de santé au travail qui a suivi une formation spécifique.

Un logiciel gratuit devrait être mis à disposition par le service informatique pour permettre une analyse quantitative statistique des accidents de travail.

Nous ne pouvons nous résoudre à ce mode de fonctionnement en situation dégradée étant donnés les retards déjà accusés dans les suivis médicaux y compris renforcés. Nous mettrons tout en œuvre pour que soient pourvus les deux postes de médecins du travail, ce n’est pas un luxe !

Conditions de travail des AS au SSR :

D’arrêts de travail longs non remplacés, auxquels se rajoutent des arrêts ponctuels, les AS des services de SSR et de Rééducation se retrouvent en état d’épuisement professionnel, fatigués des nombreux retours sur repos sans perspectives de récupération immédiate.

Nous avons demandé à la direction de remplacer les trois arrêts longs ainsi que le poste de départ à la retraite de nuit pour permettre que ce service puisse fonctionner normalement.

A ce jour, nous n’avons toujours pas de réponse.

Dans un contexte déjà difficile de dégradation des conditions de travail et d’augmentation de la précarité des agents, nous avons déploré qu’ils aient en plus à subir les pressions de l’encadrement supérieur.

Nous avons demandé à la direction et au directeur des soins de faire en sorte que cessent ces agissements.

Bilan de la mise en place du planning des ARM :

En 2015 le nombre des heures dues aux permanenciers sera en augmentation. Selon l’encadrement, le roulement en jour/nuit avait été réalisé pour limiter ce nombre. Nous avons fait remarquer que ces alternances jour/nuit et horaires atypiques généraient surtout de la fatigue et qu’il fallait qu’à l’avenir un remplacement soit prévu dès le premier arrêt, d’autant plus que l’activité est en progression constante.

La direction affirme qu’elle a toujours fait de son mieux, l’hôpital ayant récupéré une mission assortie d’une sous dotation en financement. Nous avons réitéré le vote effectué au CHSCT du mois de juin 2015 ; avec la préconisation de mise en place d’un ETP supplémentaire dans les effectifs qui servirait de volant de remplacement étant donnée la spécificité du métier de ces agents.

Procédure des hospitalisations sous contrainte : fiche d’évènement indésirable :

Suite à une prise en charge de détenu qui a posé problème car hors du cadre de procédure légale communément admis dans l’établissement, nous avons demandé à la direction de justifier ce manquement.

La direction nous a répondu qu’un travail serait fait pour réécrire la procédure établie en 2010 pour qu’elle soit adaptée aux dernières lois et aux pratiques des CHS (Centres Hospitaliers Spécialisés) environnants.

Nous nous assurerons qu’elle ne soit pas vidée de sa substance !

SLC :

Nouvelle organisation horaires, poids des armoires et vétusté du matériel (risques de TMS)

Nous avons approuvé la mise en place du changement d’horaires des agents du SLC, organisation préconisée par l’ergonome et dont les agents sont satisfaits.

Nous avons relevé l’extrême vétusté des armoires qui sont, pour certaines, réformées malgré les prouesses réalisées par les ouvriers spécialisés pour leur maintenance, ainsi que leur poids excessif à l’origine de TMS (Trouble Musculo Squelettique).

Il faudrait que les armoires de linge soient remplacées ainsi que les rolls, cela devient une urgence.

La direction nous répond que pour des raisons de restrictions budgétaires elle ne pourra remplacer le matériel que partiellement et pas avant 2016…

Par ailleurs, les techniciens nous ont alertés depuis des mois sur l’extrême vétusté de la presse de la Blanchisserie. Quand elle sera hors d’usage la Blanchisserie ne sera plus en mesure d’assurer l’entretien du linge.

La direction, pour des raisons de restrictions budgétaires encore une fois, ne peut remplacer cet outil de production et envisage de facto l’externalisation.

Mais à quel coût ?

Encore des économies de bouts de chandelle et un modèle d’anticipation !!!

Bilan du CLIN :

Les dernières recommandations du CLIN sont de privilégier l’application de la solution hydro alcoolique sur mains non souillées, car celle-ci est plus efficace contre les germes les plus virulents.

En ce qui concerne le problème de contamination au Bloc Opératoire, la direction par principe de précaution a décidé de suspendre la chirurgie prothétique jusqu’au résultat des prélèvements effectués.

Le protocole de dépilation des patients devrait aussi subir quelques modifications.

Nous avons soulevé le problème de l’inefficacité des lave bassins en cas de souillures par selles. L’infirmière hygiéniste nous a répondu que certains lave bassins sont inadaptés, car ils ne possèdent pas de programme spécifique. Cela pose de graves problèmes d’hygiène et c’est inacceptable dans des services de soins sur le plan sanitaire.

A notre demande de changement de ce matériel obsolète, la direction nous répond : restrictions budgétaires !!! Jusqu’où irons-nous à ce rythme là ?

 

Print Friendly, PDF & Email

Lien Permanent pour cet article : http://cgtchmontauban.info/compte-rendu-du-chsct-du-29092015/

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares