IL N’Y A PAS DE FATALITÉ

La direction prend-elle l’ampleur de ce qui se passe à l’Hôpital ?

Son principal souci : les ajustements budgétaires.

Au nom de ce crédo :

  • Les stagiairisations sont remises en cause,
  • La prime spécifique des aides-soignants n’est pas versée aux contractuels,
  • Les effectifs sont diminués, ce qui entraine une grave détérioration des conditions de travail,
  • Le manque d’investissement pour le matériel devient criant,
  • Les privatisations entrainent aussi des baisses d’effectifs et par conséquent une aggravation des conditions de travail,
  • Les personnels ressentent un fort sentiment de culpabilité de ne pouvoir assurer pleinement leur travail auprès des patients, de la population.

Comment s’étonner alors, que des agents n’hésitent plus à quitter l’établissement, y compris ces derniers mois des personnels administratifs ?

Cette situation devrait interpeler toute personne soucieuse de la qualité d’un service public de SANTÉ.

Ce sont maintenant des médecins présents depuis longtemps qui quittent l’établissement.
A ce jour, ces départs ne semblent inquiéter que les agents et les patients.

Dans aucune des instances cette question n’est évoquée ni pour information, ni pour faire part des perspectives.

Comment certains services peuvent-ils fonctionner sans un effectif médical suffisant ?

Comment les urgences peuvent-elles être assurées ?

Il appartient à la direction, à la CME, aux pouvoirs publics d’apporter des réponses qui permettent de pourvoir ces postes médicaux, dans le cadre du service public et du maintien des activités à l’Hôpital.

Cette question est centrale.

Nous n’osons imaginer que certains se satisferaient de transferts vers le privé !

Comment penser un nouvel hôpital sans dynamique forte des services ?

Sans être donneuse de leçons, la CGT interpelle tous ceux qui ont une responsabilité en la matière pour sortir du marasme.

Les agents doivent aussi avoir leur mot à dire pour défendre le service public de santé et les besoins des usagers.

Oui à un service public de qualité, et pour tous !

 

Ce tract est adressé à l’ARS – à Mr le Préfet – à Mme la Présidente du Conseil de Surveillance – Mme la Présidente de Région.

Print Friendly, PDF & Email

Lien Permanent pour cet article : http://cgtchmontauban.info/il-ny-a-pas-de-fatalite/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares