COMPTE RENDU CHSCT DU 8/10/2019

CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) :

Le Médecin Hygiéniste nous a présenté le bilan de l’activité du CLIN pour 2018 et le programme pour 2019. Ces documents ont été approuvés à l’unanimité par le CHSCT.

INSPECTION CHSCT NEUROLOGIE :

Etant donnés les nombreux problèmes de ce service, le CHSCT réalisera une inspection : effectifs, matériels, lits accordéons…

ADOPALE :

Cet organisme financé par l’ARS a été chargé « d’accompagner » l’établissement, selon les dires de la direction, dans le cadre du projet du nouvel hôpital.

Les médecins ont eu connaissance du rapport établi par cette société. Ils ont fait part majoritairement de leur mécontentement face aux conclusions.

ADOPALE se base sur des ratios agent/lits.

L’approche de cet organisme « d’accompagnement » se base sur de nouvelles restructurations conduisant à de nombreuses suppressions de postes. Pour le corps médical la copie doit être refaite.

Nous avons salué le positionnement des médecins par rapport à ce projet destructeur pour le service public de santé.

Les représentants du personnel n’ont à ce jour aucun document sur ce sujet, mais nous avons rappelé à la direction notre opposition à de nouvelles restructurations qui pourraient intervenir dans un délai court.

Concernant la Blanchisserie, là aussi ADOPALE est intervenu, la direction réserve sa réponse quant au devenir de ce service. Nous nous opposerons à une privatisation /externalisation de plus, si sa décision allait dans ce sens. La situation des Cuisines et du Bionettoyage nous donne raison des conséquences dévastatrices de ces deux externalisations sur les conditions de travail des agents, la qualité des prestations. De plus, les économies escomptées par la direction ne seraient même pas au rendez-vous. Le « bon marché » coûte cher en l’occurrence !!!

POINT ÉTAPE UNITÉ MÉDECINE AMBULATOIRE :

Les équipes paramédicales sont constituées depuis la Bourse de l’Emploi d’il y a deux ans. L’ouverture serait prévue pour début 2020 selon la direction.

Les locaux prévus étaient utilisés pour l’UDD, si l’Hôpital est de nouveau en tension la direction compte sur les lits accordéons disséminés dans plusieurs services, voire l’Hôpital de Moissac…

HÔPITAL DE JOUR SSR :

Il ouvrirait aussi début 2020. Nous avons fait remarquer le manque de kinés prévus. La direction répond : pas de financement !

Les agents ne pourront pas absorber une surcharge de travail importante sans les effectifs nécessaires.

Sur ces deux dernières unités nous n’avons eu aucun document, l’organisation sera vue dans un prochain CHSCT.

DMSR (ex ESPERE) : Dispositif Mobile de Soutien à la Réadaptation (Psychiatrie) :

Un nouveau projet de service nous a été présenté. Après bilan d’EPERE, il s’avère que le poste d’Assistante Sociale qui était affecté ne correspondrait pas aux besoins du service. Il a été proposé de le transformer en Educateur Spécialisé.

Le CHST a voté un essai de 6 mois avec évaluations intermédiaires régulières.

POSTES ADAPTÉS :

Nous avons dénoncé le fait que la direction ne recherche pas de solution pour adapter les postes de travail à l’état physique des agents. La seule solution qui est proposée aux agents quand ils ont des restrictions telles que « pas de port de charges lourdes », c’est un reclassement notamment sur des postes administratifs avec perte de rémunération.

Pour la DRH il n’y a pas de postes adaptés dans l’établissement, il y a des postes où elle peut affecter ou pas des agents selon son choix.

Nous avons de quoi nous poser des questions sur le fonctionnement imposé par la direction à la commission « Adaptation Insertion et Maintien dans l’Emploi » dans notre établissement.

Ses missions nous semblent dévoyées. En effet l’effort d’adaptation doit en priorité être fait sur le poste occupé par l’agent avant d’envisager quelque reclassement que ce soit !

TRANSFORMATION DE POSTE D’ORTHOPHONISTE EN PSYCHOLOGUE CMP PÉDO-PSYCHIATRIE :

Les hôpitaux ont des difficultés pour recruter des orthophonistes. Suite à un départ à la retraite sur ce grade il nous a été proposé la transformation du poste en Psychologue.
Pour remplacer l’orthophoniste l’ARS propose un partenariat avec des libéraux, ce qui peut entrainer des dépenses importantes pas toujours remboursées pour les familles.

C’est pourquoi nous avons demandé que le Ministère soit saisi sur cette perte de compétences qui entraine un surcoût de prise en charge pour des familles qui sont déjà en grande difficulté.

Nous ne remettons pas en cause la nécessité de postes de psychologues mais la création de ceux-ci par redéploiement n’est pas une solution acceptable.

RESTAURATION :

Malgré des renforts en « intérim » et mensualités, le service reste en grande difficulté du fait d’absentéisme long.

Pour autant la CGT a dénoncé le fait que la direction ait trouvé des solutions quand la fermeture du self aurait dû intervenir.

Les effectifs ont diminué de 6 ETP sur la base d’une organisation qui n’a jamais été mise en place. Les agents font le même travail mais ils sont moins nombreux, nous le dénonçons fortement.

Une enquête du CHSCT est en cours sur ce service.

BIO NETTOYAGE :

Nous n’avons pas le détail par service des affectations des agents, nous l’avons demandée.

Nous constatons que près de la moitié des postes sont pourvus par des agents en CDD.

Lors d’un précédent CHSCT il avait été prévu d’affecter un agent en fixe sur le poste de ménage pharmacie-chimio, vue la spécificité du poste, et de former 2 ou 3 agents volontaires pour son remplacement.

Cette organisation n’est pas encore finalisée.

Nous avons une fois de plus rappelé que les agents du bionettoyage n’ont pas à intervenir dans les prestations qui sont à la charge du privé. La direction doit le rappeler aux cadres des services.

Les prestations du privé sont loin d’être au niveau attendu, ce que nous comprenons étant donné le temps insuffisant donné aux agents de la société pour effectuer le travail.

La direction le reconnait notamment sur la Radiologie, le Pôle Santé Société… mais elle n’a pas l’intention de rompre le contrat avec la société privée. Quelle est la logique de cette décision ?  Nous nous le demandons !

PSYCHIATRIE :

La direction nous dit que l’effectif théorique IDE en Psychiatrie Adulte est de 190 ETP et l’effectif travaillé est de 200 en octobre.

Ce qui fait 10 ETP d’auto remplacement au lieu des 20 prévus. D’où les difficultés rencontrées dans les services.

Le CHSCT a voté une motion à l’unanimité pour demander que les postes vacants et les absences de longue durée soient remplacés et que l’effectif de fonctionnement des services ne soit pas amputé par le départ d’agents en renforts.

CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) :

Le Médecin Hygiéniste nous a présenté le bilan de l’activité du CLIN pour 2018 et le programme pour 2019. Ces documents ont été approuvés à l’unanimité par le CHSCT.

INSPECTION CHSCT NEUROLOGIE :

Etant donnés les nombreux problèmes de ce service, le CHSCT réalisera une inspection : effectifs, matériels, lits accordéons…

ADOPALE :

Cet organisme financé par l’ARS a été chargé « d’accompagner » l’établissement, selon les dires de la direction, dans le cadre du projet du nouvel hôpital.

Les médecins ont eu connaissance du rapport établi par cette société. Ils ont fait part majoritairement de leur mécontentement face aux conclusions.

ADOPALE se base sur des ratios agent/lits.

L’approche de cet organisme « d’accompagnement » se base sur de nouvelles restructurations conduisant à de nombreuses suppressions de postes. Pour le corps médical la copie doit être refaite.

Nous avons salué le positionnement des médecins par rapport à ce projet destructeur pour le service public de santé.

Les représentants du personnel n’ont à ce jour aucun document sur ce sujet, mais nous avons rappelé à la direction notre opposition à de nouvelles restructurations qui pourraient intervenir dans un délai court.

Concernant la Blanchisserie, là aussi ADOPALE est intervenu, la direction réserve sa réponse quant au devenir de ce service. Nous nous opposerons à une privatisation /externalisation de plus, si sa décision allait dans ce sens. La situation des Cuisines et du Bionettoyage nous donne raison des conséquences dévastatrices de ces deux externalisations sur les conditions de travail des agents, la qualité des prestations. De plus, les économies escomptées par la direction ne seraient même pas au rendez-vous. Le « bon marché » coûte cher en l’occurrence !!!

POINT ÉTAPE UNITÉ MÉDECINE AMBULATOIRE :

Les équipes paramédicales sont constituées depuis la Bourse de l’Emploi d’il y a deux ans. L’ouverture serait prévue pour début 2020 selon la direction.

Les locaux prévus étaient utilisés pour l’UDD, si l’Hôpital est de nouveau en tension la direction compte sur les lits accordéons disséminés dans plusieurs services, voire l’Hôpital de Moissac…

HÔPITAL DE JOUR SSR :

Il ouvrirait aussi début 2020. Nous avons fait remarquer le manque de kinés prévus. La direction répond : pas de financement !

Les agents ne pourront pas absorber une surcharge de travail importante sans les effectifs nécessaires.

Sur ces deux dernières unités nous n’avons eu aucun document, l’organisation sera vue dans un prochain CHSCT.

DMSR (ex ESPERE) : Dispositif Mobile de Soutien à la Réadaptation (Psychiatrie) :

Un nouveau projet de service nous a été présenté. Après bilan d’EPERE, il s’avère que le poste d’Assistante Sociale qui était affecté ne correspondrait pas aux besoins du service. Il a été proposé de le transformer en Educateur Spécialisé.

Le CHST a voté un essai de 6 mois avec évaluations intermédiaires régulières.

POSTES ADAPTÉS :

Nous avons dénoncé le fait que la direction ne recherche pas de solution pour adapter les postes de travail à l’état physique des agents. La seule solution qui est proposée aux agents quand ils ont des restrictions telles que « pas de port de charges lourdes », c’est un reclassement notamment sur des postes administratifs avec perte de rémunération.

Pour la DRH il n’y a pas de postes adaptés dans l’établissement, il y a des postes où elle peut affecter ou pas des agents selon son choix.

Nous avons de quoi nous poser des questions sur le fonctionnement imposé par la direction à la commission « Adaptation Insertion et Maintien dans l’Emploi » dans notre établissement.

Ses missions nous semblent dévoyées. En effet l’effort d’adaptation doit en priorité être fait sur le poste occupé par l’agent avant d’envisager quelque reclassement que ce soit !

TRANSFORMATION DE POSTE D’ORTHOPHONISTE EN PSYCHOLOGUE CMP PÉDO-PSYCHIATRIE :

Les hôpitaux ont des difficultés pour recruter des orthophonistes. Suite à un départ à la retraite sur ce grade il nous a été proposé la transformation du poste en Psychologue.
Pour remplacer l’orthophoniste l’ARS propose un partenariat avec des libéraux, ce qui peut entrainer des dépenses importantes pas toujours remboursées pour les familles.

C’est pourquoi nous avons demandé que le Ministère soit saisi sur cette perte de compétences qui entraine un surcoût de prise en charge pour des familles qui sont déjà en grande difficulté.

Nous ne remettons pas en cause la nécessité de postes de psychologues mais la création de ceux-ci par redéploiement n’est pas une solution acceptable.

RESTAURATION :

Malgré des renforts en « intérim » et mensualités, le service reste en grande difficulté du fait d’absentéisme long.

Pour autant la CGT a dénoncé le fait que la direction ait trouvé des solutions quand la fermeture du self aurait dû intervenir.

Les effectifs ont diminué de 6 ETP sur la base d’une organisation qui n’a jamais été mise en place. Les agents font le même travail mais ils sont moins nombreux, nous le dénonçons fortement.

Une enquête du CHSCT est en cours sur ce service.

BIO NETTOYAGE :

Nous n’avons pas le détail par service des affectations des agents, nous l’avons demandée.

Nous constatons que près de la moitié des postes sont pourvus par des agents en CDD.

Lors d’un précédent CHSCT il avait été prévu d’affecter un agent en fixe sur le poste de ménage pharmacie-chimio, vue la spécificité du poste, et de former 2 ou 3 agents volontaires pour son remplacement.

Cette organisation n’est pas encore finalisée.

Nous avons une fois de plus rappelé que les agents du bionettoyage n’ont pas à intervenir dans les prestations qui sont à la charge du privé. La direction doit le rappeler aux cadres des services.

Les prestations du privé sont loin d’être au niveau attendu, ce que nous comprenons étant donné le temps insuffisant donné aux agents de la société pour effectuer le travail.

La direction le reconnait notamment sur la Radiologie, le Pôle Santé Société… mais elle n’a pas l’intention de rompre le contrat avec la société privée. Quelle est la logique de cette décision ?  Nous nous le demandons !

PSYCHIATRIE :

La direction nous dit que l’effectif théorique IDE en Psychiatrie Adulte est de 190 ETP et l’effectif travaillé est de 200 en octobre.

Ce qui fait 10 ETP d’auto remplacement au lieu des 20 prévus. D’où les difficultés rencontrées dans les services.

Le CHSCT a voté une motion à l’unanimité pour demander que les postes vacants et les absences de longue durée soient remplacés et que l’effectif de fonctionnement des services ne soit pas amputé par le départ d’agents en renforts.

 

Lien Permanent pour cet article : https://cgtchmontauban.info/compte-rendu-chsct-du-8-10-2019/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte