ENFUMAGE

La Ministre de la Santé a présenté son plan, c’est-à-dire une longue liste de mesures. Nous publions une première analyse. D’autres suivront.

ENFUMAGE

La Ministre de la Santé a annoncé un « pacte de refondation des urgences » doté de 754 millions d’euros jusqu’en 2022. La somme parait importante mais ce ne sont que des crédits existants.

 Il s’agit juste d’un redéploiement budgétaire. L’ONDAM (Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie), restera au niveau prévu : 2,3 % d’augmentation très insuffisant pour couvrir les dépenses.

On est très loin du compte :  cela ne répond en rien aux revendications des personnels grévistes des Urgences.

Sur toutes les mesures prévues, il n’est jamais prévu d’augmentation des effectifs, ni de réouverture de lits.

Au contraire la Ministre prévoit, au travers de différentes mesures, de transférer une partie des compétences médicales vers les paramédicaux, voire des « assistants médicaux » dont on ne connait pas encore le profil.

Vous voulez plus de moyens ? vous aurez plus de travail !

Elle propose de renforcer l’offre de consultation médicale sans rendez-vous en cabinet, ou Maison et Centre de Santé : comment compte-t-elle y parvenir dans un contexte de pénurie de médecins de ville ?

Un de ses objectifs : « zéro passage par les urgences d’ici 5 ans pour les personnes âgées », là aussi on voit mal comment, quand on connait la situation catastrophique des EHPAD dans notre pays.

Elle envisage de renforcer des équipes mobiles de gériatrie, de mutualiser des postes d’infirmiers de nuit entre plusieurs EHPAD…

Pour les personnels de santé, le pacte de Mme Buzyn est une opération de communication, dont on ne voit pas la concrétisation à moyen ou court terme, et qui ne permet pas de répondre à la crise d’ampleur qui concerne l’ensemble de l’Hôpital Public.

La CGT revendique :

  • La suppression de la taxe sur les salaires payée par les Hôpitaux : cela représente 4 Milliards d’euros qui permettraient de créer 100 000 emplois, dont 40 000 pour les EHPAD.
  • L’augmentation de l’ONDAM de 5 %.
  • L’arrêt de la fermeture des lits d’aval.
  • Les effectifs nécessaires en fonction des besoins.
  • L’augmentation des salaires pour tous.

Le feu n’est pas près de s’éteindre dans les services d’urgence, plus le mouvement dure, plus il s’amplifie.

 

Lien Permanent pour cet article : https://cgtchmontauban.info/enfumage/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte