LA DIRECTION ACCUSE : LA CGT REPOND

Malgré un contact permanent et une dizaine de réunions de négociation, les organisations syndicales et les représentants des personnels non médicaux du service des urgences en grève depuis le 3 juin 2019 ont décidé de rejeter ce jour le dernier protocole de sortie de grève proposé par la Direction.

En réalité depuis le dépôt du préavis de grève le 23 mai, il n’y a eu que 9 rencontres. La première proposition écrite de protocole de fin de conflit n’a été établie qu’après la réunion du 18 Septembre et envoyée par la direction aux organisations syndicales le vendredi 20 septembre 2019 après 19h. C’est uniquement à ce moment là que les réelles négociations ont enfin pu débuter. Nous avons alors fait notre maximum pour que  la totalité des revendications des agents figurent sur ce protocole.

Mais nous sommes rapidement arrivés à un premier blocage de la direction qui refuse de garantir que les 12 Equivalents Temps Plein (ETP) qu’elle propose ne serviront qu’à renforcer les effectifs existants et non pas permettre l’ouverture de la nouvelle zone d’accueil allongée pour laquelle ce même nombre d’ETP est déjà prévu.

Le 1er blocage a été finalement levé lors de la rencontre du 30 septembre mais la Direction a opposé son refus catégorique sur le reste des demandes d’effectifs supplémentaires et les autres revendications.

Le 30 septembre, la Direction fixait déjà de manière unilatérale la fin des négociations en date du 2 octobre. Elle imposait une réunion ce jour là à 16h sachant pertinemment que les agents participants aux négociations auraient travaillé les deux nuits précédentes durant 12 heures.

En dépit de propositions très substantielles formulées par la Direction, en concertation étroite avec la Direction générale de l’Agence Régionale de Santé et son représentant territorial, les représentants des grévistes se sont enfermés dans une logique de surenchère permanente.

La Direction rappelle ici que ces propositions portaient sur le recrutement de manière pérenne de 12 équivalents temps plein (ETP) soit 6 infirmier(e)s et 6 aide-soignant(e)s pour renforcer les capacités d’accueil et de prise en charge des patients aux urgences.

Cette proposition ne reflète pas l’ensemble des renforts nécessaires pour l’accueil des urgences. En effet, les revendications des agents  sont plus importantes et ne se résument pas à 12ETP. N’oublions pas qu’une Assemblée Générale se déroulait à l’issue de chaque réunion de négociation ou dans les jours qui suivaient, et que ce sont les agents qui ont décidé ainsi de poursuivre le mouvement et non les organisations syndicales comme cela peut être exprimé par la direction.

Un 2ème blocage s’est manifesté par une opposition de la direction. Alors quelle n’accorde pas toutes les revendications en effectifs supplémentaires, elle refuse que le protocole détaille précisément les postes, les horaires et les grades des effectifs accordés (12 ETP). La direction préfère écrire tout le long du protocole la mise en place de groupes de travail, autant de précisions éthérées.

Les revendications des agents ne se résument pas aux 12 ETP (6 IDE et 6 AS) :

  • 1 Infirmier(e) (IDE) organisatrice d’accueil en 10h-22h soit 3 ETP
  • 1 IDE de SMUR 2, en 19H-7h30 soit 3 ETP. L’arrêt de l’horaire 12h-Minuit
  • 1 Brancardier de 19h30 à 7h30 dédié aux urgences soit 3 ETP.
  • 1 Aide-soignant (AS) VRM en 19h30-7h30. Soit 3 ETP

Les revendications des agents déposées lors du préavis de grève le 23 Mai vont au delà :

  • 1 AS de 7h30 à 19h30 soit 3 ETP.
  • 1 Agent d’Accueil Administratif de 7h à 14h40 soit 1,8 ETP.
  • 0,50 ETP d’Infirmière logisticienne.
  • 1 agent de sécurité d’incendie H24 soit 6 ETP.
  • L ‘élargissement des horaires des assistantes de régulation médicale (ARM) avec un nouvel horaire de 9h à 21h. soit 2 ETP.
  • La résolution de la prise du repas de midi par les ARM (régulièrement celles-ci ne peuvent pas manger quand elles sont de poste de journée sur 12 h de travail)
  • 1 Conducteur Ambulancier de 19h30 à 7h30. Soit 3 ETP.
  • 3 semaines de congés consécutifs durant la période estivale comme le prévoit le code du travail.
  • L’arrêt des fermetures des lits d’aval.

Ces moyens venant compléter les 7 ETP déjà crées à l’occasion de la restructuration du service avec le soutien financier de l’ARS (650.000 euros de travaux et d’équipements).

Ces 7 ETP ont été crées à l’ouverture de lits supplémentaires (UHCD, USMPA). Le préavis de grève a été déposé après l’octroi de ses effectifs et l’ouverture de ces lits.

Les autres points concernent l’attribution d’une enveloppe spéciale pour remplacer et compléter les équipements du service, notamment en brancards, fauteuils roulants ou dispositifs motorisés pour faciliter le transport des patients vers d’autres unités.

En effet la direction a accepté notre demande d’obtenir les détails des achats et de leur coût. Elle a d’ailleurs précisé que sur ce point, elle était transparente et qu’il n’y aurait pas de surprise. Nous lui avons d’ailleurs demandé sur quoi il y en aurait sans obtenir de réponse.

Ces renforts pérennes s’inscrivaient dans la continuité des actions décidées par le Ministère de la Santé pour renforcer les effectifs paramédicaux pendant la période estivale. 

La direction a d’emblée refusé toute demande d’effectifs autres que infirmiers et aides-soignants inclus dans les 12 ETP alors que cet été l’accueil administratif a également été renforcé par exemple.

Les renforts concernaient plusieurs volets des revendications.

Quid des adjoints administratifs, ambulanciers, des agents de sécurité, des brancardiers, ainsi que les infirmières logisticiennes. Les agents concernés ont vécu cela comme du mépris envers leur mission d’assurer eux aussi le bon fonctionnement du service des urgences du CH de Montauban.

La Direction considère que les demandes de recrutement supplémentaires formulées par les représentants du personnel (7 équivalents temps plein) et le paiement des jours de grève ne sont pas acceptable compte-tenu des renforts pérennes déjà proposés dans le protocole.

Nous aurions pu faire la concession de certaines revendications si cela nous avait permis de mettre l’accent et de négocier les propositions qui nous paraissaient les plus importantes et sur lesquelles nous ne souhaitions pas faire l’impasse… mais on ne nous a pas laissé l’occasion d’en discuter.

La Direction regrette que les représentants du personnel n’aient pas mesuré l’effort important consenti par l’établissement et s’interroge sur la volonté réelle des organisations syndicales de sortir de cette impasse.

Lors de la négociation du 2 octobre nous avons signifié à la direction de ne pas pouvoir prendre une décision sans avoir consulté les agents par une assemblée générale. Nous lui avons demandé de nous laisser le temps de cette consultation avant de revenir vers elle. La direction a maintenu le fait que cela serait la dernière entrevue de négociation, malgré notre désaccord.

Les négociations sont donc interrompues à compter de ce jour et aucune autre rencontre n’est prévue.

Nous avons maintenu par courrier en date du 3 puis du 4 octobre et par notre présence auprès de la direction le 4 octobre notre volonté de négociation et une ouverture vers la résolution de ce conflit par le haut dans l’intérêt des agents et de la population. L’assemblée générale du 8 octobre est indispensable pour que les agents puissent s’exprimer et prendre une position dans un sens comme dans l’autre.

Afficher un communiqué de presse orienté alors qu’un vote est en cours s’apparente à une forme de pression inadmissible et empêche un vote serein dépourvu de toute manipulation hiérarchique.

La CGT reconnaît ses erreurs au niveau de la communication mais ne cèdera jamais à la signature d’un protocole sans avoir consulté les agents. Il est regrettable que la direction use de subterfuges pour influencer la décision des agents car cette grève appartient aux agents ainsi que sa fin.

Lien Permanent pour cet article : https://cgtchmontauban.info/la-direction-accuse-la-cgt-repond/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte